La légalisation du cannabis n’est pas un concept scandaleux – Alexis Lemoine- Zeweed

Avatar
ParlonsCanna

Bienvenue à tous sur Parlons Canna ! Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’accueillir Alexis Lemoine, fondateur et rédacteur en chef de Zeweed. Alexis a parcouru de nombreux pays, notamment les États-Unis, où il a posé ses valises en Californie avant de revenir en France, à Paris. Il s’est lancé le défi d’informer les gens sur le sujet du cannabis à travers un magazine hebdomadaire. Au cours de cette discussion, nous aborderons principalement la presse écrite sur le cannabis, les difficultés de traiter ce sujet, ainsi que la culture verte, un sujet incroyablement vaste mais souvent peu exploré. Enfin, nous discuterons des raisons souvent évoquées par ceux qui s’opposent à la légalisation. C’est un programme dense et riche qui nous attend, et nous sommes ravis de partager cela avec notre invité, Alexis. Avant de nous plonger dans l’univers de la presse écrite, laissons-le se présenter un peu plus personnellement.

Voyages et retour aux sources

Un parcours entre Los Angeles, Londres et le retour en France

Alexis Lemoine, un journaliste de formation, a exploré différents horizons lors de ses voyages à l’étranger, notamment à Los Angeles et à Londres, où il a vécu pendant environ dix ans. Après cette décennie passée outre-Manche et outre-Atlantique, il a décidé de revenir en France, à Paris. Temporairement orienté vers les domaines de la communication et de la publicité, il a finalement suivi sa passion première, le journalisme.

Une rencontre avec Zeweed

La découverte d’un site canadien dédié au cannabis

Au cours de sa carrière, Alexis a commencé à collaborer avec différents journaux français, mais c’est grâce à des amis communs qu’il a été mis en contact avec un site canadien appelé Zeweed.com. Ce site a été créé peu de temps après la légalisation du cannabis au Canada en 2018, qui a été suivie par l’élection de Justin Trudeau en tant que Premier ministre. À cette époque, les Canadiens ont rapidement perçu les opportunités économiques, sociales et culturelles engendrées par cette légalisation.

Un plongeon dans l’univers du cannabis

De la curiosité à une expertise grandissante

En commençant à collaborer avec Zeweed.com, Alexis écrivait initialement un article par mois, mais son intérêt pour le sujet a rapidement grandi. Il s’est immergé dans l’univers du cannabis, approfondissant ses connaissances sur la plante, tant dans ses aspects récréatifs que thérapeutiques. Il s’est également intéressé aux solutions écologiques liées au cannabis, telles que le CBD. Au fil de deux années de collaboration, il a acquis une expertise croissante dans ce domaine.

Zeweed : du site au magazine

Une marque forte et un projet éditorial ambitieux

En 2022, Alexis et ses amis ont réalisé que Zeweed était une marque prometteuse. Ils ont donc conclu un accord avec les Canadiens pour exploiter cette marque en France et ont ainsi lancé le magazine Zeweed. Le premier numéro est paru le 29 octobre 2022, suivi du deuxième à la fin du mois de mars. Le magazine, initialement trimestriel, envisage de devenir mensuel à partir d’octobre.

Le lien entre Zeweed France et Zeweed Canada

Une relation centrée autour d’Alexis et du partage d’informations

Le lien entre les rédactions de Zeweed France et Zeweed Canada est principalement incarné par Alexis Lemoine, fondateur et rédacteur en chef. Les rédacteurs des deux entités sont indépendants, mais Zeweed France renvoie ses lecteurs vers le site zeweed.com. Au départ, il y avait des préoccupations quant à d’éventuelles accusations de plagiat, notamment pour les articles traitant du THC de manière plus explicite, comme « Le guide du premier pétard au réveil ». Toutefois, après consultation des avocats, il a été établi que le site étant hébergé au Canada, où les lois et réglementations diffèrent, Zeweed France peut relayer ces informations sans enfreindre les règles.

zeweed

La diversité linguistique de Zeweed

Des articles en français et en anglais pour répondre aux besoins des lecteurs

Zeweed propose des articles à la fois en français et en anglais, en raison de l’obligation au Canada, notamment au Québec où le français est parlé. Cependant, dans des régions comme la Colombie-Britannique ou l’Ontario, de nombreuses personnes maîtrisent mieux l’anglais que le français. C’est pourquoi nous avons également de nombreux articles en anglais sur le site zeweed.com. Cette diversité linguistique leur permet d’aborder des sujets que l’équipe Zeweed ne traite pas dans le magazine print Zeweed distribué en France. C’est aussi simple que cela : répondre aux besoins des lecteurs en proposant du contenu dans leur langue de prédilection.

Les défis de la presse écrite et la vision éditoriale de Zeweed

Sauter dans l’aventure de la presse écrite malgré les obstacles

Malgré les difficultés actuelles de la presse écrite, Alexis Lemoine a pris la décision audacieuse de lancer un magazine imprimé. Conscient du dicton selon lequel se lancer dans le journalisme imprimé nécessite soit une grande richesse, soit une certaine dose de « folie », Alexis, humblement, se situe plutôt du côté de la « folie ». Cependant, il est fermement convaincu que ce choix était justifié.

La légalisation du CBD et la réhabilitation de la plante ouvrent de nouvelles perspectives

Le contexte de la légalisation du CBD et la réhabilitation de la plante offrent de nombreuses perspectives à explorer. La science s’intéresse de plus en plus au cannabis et à ses applications, qu’il s’agisse du béton de chanvre dans le domaine de la construction, des réponses écologiques qu’il peut apporter ou de ses utilisations médicales, notamment le cannabis thérapeutique. Bien que certains sujets liés à la consommation récréative du cannabis soient limités en France, il existe une multitude d’autres sujets passionnants à aborder, tels que le CBD et la culture verte, que nous développerons ultérieurement.

Un vide à combler : l’absence d’informations de qualité sur le cannabis

Le principal défi auquel Zeweed fait face est de combler le vide en termes d’informations disponibles pour le public. Bien que des informations sur le cannabis puissent être trouvées en ligne, le site zeweed.com ainsi que Newsweed, un autre site bien réalisé, sont parmi les rares exceptions. La plupart des autres sites sur Internet sont davantage axés sur la promotion et la vente de produits à base de CBD, ce qui se traduit souvent par des articles qui ne sont que des publicités déguisées. C’est pourquoi Alexis estime qu’il y a un véritable manque d’offres intéressantes sur Internet, et encore plus en ce qui concerne la presse écrite, à l’exception notable de CBD Actu, qu’il salue au passage. Cependant, il précise que CBD Actu reste assez spécialisé dans le CBD, avec un contenu essentiellement promotionnel. Zeweed, quant à lui, adopte une approche plus large et une ligne éditoriale plus diversifiée.

Zeweed : une approche éditoriale large et diversifiée

Zeweed se veut un magazine traitant de tous les aspects liés au cannabis, que ce soit l’écologie, le CBD, les questions légales ou encore la lutte pour la légalisation. La « green culture », un concept important que nous aborderons plus en détail par la suite, est également au cœur de leur contenu. Le magazine propose également des interviews d’artistes et de personnalités qui gravitent autour de la culture verte, qu’ils soient amateurs de CBD ou d’autres herbes. Dans le numéro trois, par exemple, Vanille est mise en avant, et Kate Moss sera interviewée et en couverture pour présenter sa marque de CBD. Zeweed vise à adopter une approche large et peut-être même un peu plus glamour, sans toutefois tomber dans le cliché d’un « Marie Claire du chanvre », malgré l’expérience d’Alexis chez Marie Claire. L’objectif est d’offrir une ligne éditoriale inclusive et variée, qui s’adresse à un public diversifié en quête d’informations de qualité sur le cannabis.

Éviter les clichés du stoner et promouvoir la santé publique et la filière française du chanvre

Une des difficultés rencontrées par Zeweed était de ne pas tomber dans le cliché du stoner. En effet, cela ne correspondait pas au message que le magazine voulait transmettre et cela n’était pas bénéfique pour la santé publique ni pour la filière française du chanvre. L’équipe s’est donc engagée à éviter les stéréotypes liés à la consommation de cannabis et à promouvoir une approche responsable et éclairée.

zeweed

L’importance de ne pas inciter à la consommation de THC

Un autre défi était de ne jamais parler de manière élogieuse du THC, afin de respecter la loi et de ne pas encourager la consommation de cette substance. Zeweed a pris l’engagement de ne pas faire la promotion du THC et de se concentrer plutôt sur d’autres aspects tels que le CBD, la green culture, l’écologie et les applications médicales du cannabis.

Les défis financiers liés à l’utilisation du papier de chanvre

Une difficulté financière à laquelle Zeweed a dû faire face était le coût élevé du papier de chanvre. Bien que la couverture en chanvre du numéro trois soit une initiative louable, les imprimeries et les machines ne sont pas adaptées à ce type de papier. Par conséquent, l’impression de seulement deux pages de couverture en papier de chanvre représente un investissement considérable.

L’incompatibilité des rotatives avec le papier de chanvre

Les rotatives utilisées dans les imprimeries ne sont pas calibrées pour le papier de chanvre. Cela signifie que les machines ne sont pas équipées pour imprimer sur ce type de papier, ce qui limite la possibilité d’utiliser le papier de chanvre dans la production du magazine. Cette incompatibilité technique ajoute une contrainte supplémentaire à la réalisation de la vision écologique de Zeweed.

Le besoin d’une transition de l’industrie de la presse et du papier vers le chanvre

Zeweed est convaincu que le papier de chanvre est une solution écologique d’avenir. Cependant, pour que cette transition se réalise, l’ensemble de l’industrie de la presse et du papier doit changer son appareil de production. Cela représente un investissement et un coût que peu d’entreprises sont prêtes à assumer dans la conjoncture économique actuelle.

L’appel aux autorités compétentes pour soutenir la transition vers le papier de chanvre

Zeweed lance un appel aux autorités compétentes pour soutenir la transition vers le papier de chanvre. Des aides de l’État seraient les bienvenues pour faciliter cette évolution dans l’industrie du papier et de l’imprimerie. Cette transition bénéficierait non seulement à l’environnement, mais aussi aux entreprises du secteur, car la fibre de chanvre est moins coûteuse que la fibre de bois.

Les avantages écologiques et économiques du papier de chanvre

Le papier de chanvre présente de nombreux avantages écologiques. Contrairement au papier fabriqué à partir de bois, le chanvre pousse rapidement, absorbant une quantité significative de carbone. De plus, le chanvre n’a pas besoin d’insecticides pour pousser. Cependant, l’industrie du papier et de l’imprimerie doit être encouragée à adopter cette alternative plus durable.

Le rôle de l’État dans le soutien à la transition vers le papier de chanvre

Alexis souligne que l’État pourrait jouer un rôle essentiel en soutenant financièrement les industriels dans leur transition vers le papier de chanvre. Alors que la société est de plus en plus préoccupée par les enjeux environnementaux, l’aide de l’État pour faciliter cette évolution dans l’industrie du papier serait un geste significatif en faveur de la transition écologique. zeweed

L’engagement d’InterChanvre en faveur de la filière chanvre

InterChanvre joue un rôle essentiel dans le développement de la filière chanvre. L’équipe de Zeweed a eu le plaisir d’interviewer Nathalie Fichaux, une représentante d’InterChanvre, pour le numéro trois du magazine. InterChanvre a fait face à de nombreuses critiques et accusations infondées, notamment d’essayer de nuire à la filière. Cependant, il est important de souligner que l’organisation soutient désormais activement la filière chanvre bien-être et travaille en collaboration avec des producteurs de chanvre CBD.

La contribution d’InterChanvre au rétablissement de la vérité

Alexis souhaite rétablir la vérité sur le rôle d’InterChanvre. Il est important de reconnaître les efforts et l’engagement d’InterChanvre en faveur de la filière chanvre bien-être. Ils jouent un rôle significatif dans la promotion du chanvre CBD et contribuent ainsi au développement de cette industrie en France.

La Green Culture : Un concept vaste et diversifié

La Green Culture est un concept vaste qui englobe différentes facettes et manifestations. Elle représente une attitude basée sur le respect de la planète, des plantes et de la vie en général. C’est placer l’intérêt de la planète au-dessus de celui des êtres humains. La Green Culture se manifeste à travers divers domaines tels que la musique, le cinéma, la gastronomie, les festivals, le street art, l’histoire, l’écologie et l’économie.

La Green Culture dans la musique, le cinéma et la gastronomie

Dans le domaine de la musique, de nombreux genres comme le rap, le reggae, l’électro et le jazz reflètent l’esprit enfumé et les influences associées au cannabis. De même, le cinéma explore des univers et des montages qui résonnent avec les perceptions induites par la consommation de la plante. La gastronomie est également touchée par la Green Culture, avec des chefs qui intègrent le chanvre, le CBD et même le cannabis récréatif dans leurs créations gastronomiques haut de gamme.

Rassemblement et esprit de communauté : Festivals et fêtes

La Green Culture se manifeste également à travers les fêtes, les festivals et les rassemblements qui rassemblent un public partageant les mêmes valeurs et esprit. Le Street Art fait également partie intégrante de cette culture, en mettant en avant des messages écologiques et engagés. L’histoire révèle également l’usage ancestral de la plante, comme l’exemple du Pape Martin V, qui avait inscrit une recette de soupe au chanvre aux vertus particulières dans le livre de cuisine du Vatican, toujours présente à ce jour.

La Green Culture et son engagement envers l’écologie

La Green Culture est étroitement liée à l’écologie et à une économie durable. La plante de cannabis offre des possibilités magiques sur les plans écologique et économique. Elle représente un écosystème vertueux où la créativité artistique et la capacité à rassembler les gens se rencontrent de manière harmonieuse.

Impact de la légalisation sur la Green Culture en France

Oui, la légalisation du cannabis en France pourrait avoir un impact significatif sur la promotion et le développement de la green culture. Actuellement, la culture et l’utilisation du cannabis restent illégales en France, ce qui limite la visibilité et l’expression ouverte de cette culture. Cependant, malgré cette situation, il existe encore des personnes qui œuvrent pour faire avancer la green culture dans le pays.

Les artistes Jeanjass et Caballero : Pionniers de la culture cannabis en France

Un exemple notable est le duo d’artistes Jeanjass et Caballero, qui ont créé « High & fines Herbes », un projet musical et artistique qui met en avant l’univers du cannabis. Leur approche innovante et leur engagement à promouvoir la culture cannabis en France sont salués par de nombreux fans. Ils contribuent ainsi à donner une visibilité à cette culture et à briser les stéréotypes négatifs qui y sont associés.

La minorité de la Green Culture en raison de la prohibition et ses conséquences

Cependant, il est important de souligner que ces représentants de la green culture en France restent minoritaires. La prohibition du cannabis et les tabous qui l’entourent rendent difficile la libre expression et la reconnaissance de cette culture. Les acteurs de la green culture sont souvent confrontés à des jugements négatifs et à des répercussions sociales et légales. C’est pourquoi la légalisation du cannabis en France pourrait jouer un rôle majeur dans l’évolution de la green culture. En permettant une reconnaissance légale de la plante, cela ouvrirait la voie à une plus grande liberté d’expression, à une meilleure compréhension des usages du cannabis et à une acceptation plus large de cette culture.

Projets artistiques et initiatives inspirantes dans la Green Culture

Le Street Art et la musique comme expressions de la Green Culture

Dans le domaine du street art, des projets captivants voient le jour, reflétant la Green Culture en France. Certains de ces projets ont déjà été publiés, tandis que d’autres restent encore à découvrir. Parmi eux, de magnifiques réalisations alliant art urbain et respect de la nature se dévoilent.

Les trésors du Street Art révélés dans Zeweed

Le magazine Zeweed propose un regard approfondi sur le Street Art. Dans son numéro deux, il consacre six pages à ce mouvement artistique, mettant en lumière des artistes renommés tels que André et Space Invaders. Ces pages offrent une immersion dans leur vision du Street Art en lien avec la Green Culture.

Une exploration encore plus profonde dans le numéro trois

Le prochain numéro, le numéro trois de Zeweed, promet une plongée encore plus fascinante dans le Street Art et la Green Culture. Avec dix pages dédiées à cet univers, les lecteurs pourront découvrir un folio de six pages mettant en avant les grands artistes du Street Art et leur interprétation de la Green Culture. zeweed

Une invitation à la découverte des autres formes d’expression artistique

Zeweed ne se limite pas au Street Art, mais explore également les autres domaines d’expression artistique liés à la Green Culture. La musique, le cinéma, la gastronomie, l’histoire et bien d’autres aspects seront mis en valeur dans les prochains numéros. Cela permettra aux lecteurs de s’immerger dans ces différentes formes d’art et de trouver des projets et des initiatives qui reflètent la Green Culture en France.

Les enjeux de la légalisation et les influences des lobbies

Une perspective éclairée sur la légalisation

Il est indéniable que notre interlocuteur possède une opinion tranchée sur la question de la légalisation du cannabis, résultat d’une connaissance approfondie du sujet. Deux points sont abordés : la résistance des industries et des lobbies et le maintien d’une économie souterraine associée au cannabis illégal.

L’opinion publique en faveur de la légalisation

La légalisation du cannabis ne semble pas être un concept scandaleux, comme en témoignent les chiffres. Selon des sondages réalisés il y a trois ans, 51 % des Français sont favorables à la dépénalisation du cannabis, tandis que 49 % soutiennent sa légalisation. Ces chiffres indiquent une évolution progressive en faveur de la légalisation, suggérant qu’une majorité de Français y seraient désormais favorables.

Les motivations derrière la non-légalisation

La question se pose alors : pourquoi l’État se prive-t-il d’une manne financière considérable, surtout dans un contexte de difficultés budgétaires ? Selon Alexis, deux réponses se dessinent. Tout d’abord, l’influence des lobbies qui financent les campagnes des gouvernants. Il est rapidement constaté que ces lobbies n’ont aucun intérêt à s’opposer à la légalisation du cannabis. L’exemple est donné de la directrice de campagne d’Emmanuel Macron, ancienne responsable de la Fédération des Producteurs de Vin. Les lobbies de l’alcool et du tabac voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un concurrent vert sur le marché des plaisirs, sachant que la légalisation du cannabis récréatif a entraîné une baisse des ventes d’alcool dans d’autres pays.

L’influence du lobby pharmaceutique

Un autre lobby majeur est celui de l’industrie pharmaceutique. Au fur et à mesure que les recherches progressent et que l’on découvre les propriétés thérapeutiques du cannabis, notamment pour le traitement des douleurs chroniques et des inflammations, le lobby pharmaceutique perçoit cette plante comme une menace potentielle. Pendant des décennies, la recherche sur le cannabis a été entravée par son statut illégal, mais désormais, avec l’émergence du cannabis thérapeutique, ses applications médicales se révèlent au grand jour, engendrant des implications importantes pour l’industrie pharmaceutique.

Les enjeux de la légalisation et les influences des lobbies

Une perspective éclairée sur la légalisation

Il est indéniable que notre interlocuteur possède une opinion tranchée sur la question de la légalisation du cannabis, résultat d’une connaissance approfondie du sujet. Deux points sont abordés : la résistance des industries et des lobbies et le maintien d’une économie souterraine associée au cannabis illégal.

L’opinion publique en faveur de la légalisation

La légalisation du cannabis ne semble pas être un concept scandaleux, comme en témoignent les chiffres. Selon des sondages réalisés il y a trois ans par des organismes tels que L’OPS en collaboration avec Ipsos ou Ifop, 51 % des Français sont favorables à la dépénalisation du cannabis, tandis que 49 % soutiennent sa légalisation. Ces chiffres indiquent une évolution progressive en faveur de la légalisation, suggérant qu’une majorité de Français y seraient désormais favorables.

Les motivations derrière la non-légalisation

La question se pose alors : pourquoi l’État se prive-t-il d’une manne financière considérable, surtout dans un contexte de difficultés budgétaires ? Selon Alexis, deux réponses se dessinent. Tout d’abord, l’influence des lobbies qui financent les campagnes des gouvernants. Il est rapidement constaté que ces lobbies n’ont aucun intérêt à s’opposer à la légalisation du cannabis. L’exemple est donné de la directrice de campagne d’Emmanuel Macron, ancienne responsable de la Fédération des Producteurs de Vin. Les lobbies de l’alcool et du tabac voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un concurrent vert sur le marché des plaisirs, sachant que la légalisation du cannabis récréatif a entraîné une baisse des ventes d’alcool dans d’autres pays.

L’influence du lobby pharmaceutique

Un autre lobby majeur est celui de l’industrie pharmaceutique. Au fur et à mesure que les recherches progressent et que l’on découvre les propriétés thérapeutiques du cannabis, notamment pour le traitement des douleurs chroniques et des inflammations, le lobby pharmaceutique perçoit cette plante comme une menace potentielle. Pendant des décennies, la recherche sur le cannabis a été entravée par son statut illégal, mais désormais, avec l’émergence du cannabis thérapeutique, ses applications médicales se révèlent au grand jour, engendrant des implications importantes pour l’industrie pharmaceutique.

Les aspects sociaux et les contraintes politiques

Le défi réside également dans la prise en compte des enjeux sociaux liés à la légalisation du cannabis. Une économie parallèle s’est développée dans les quartiers, reposant principalement sur le commerce illégal de cannabis. Il est complexe de dissocier le fait que certains quartiers dépendent économiquement de cette activité, tandis que d’autres organisations en profitent. Une approche adoptée aux États-Unis consiste à attribuer en priorité l’économie légale du cannabis aux quartiers défavorisés ou aux personnes ayant été condamnées pour des délits mineurs liés au cannabis, excluant les crimes violents. Cette approche pourrait être considérée comme un modèle vertueux, favorisant l’ascenseur social. Cependant, il est peu probable que ce modèle puisse être appliqué en France, en raison des différences culturelles avec le continent américain. Une autre contrainte à la légalisation provient de l’Union européenne, qui a des traités et des lois internationales concernant la question du cannabis, limitant ainsi la marge de manœuvre des États membres.

L’espoir d’un changement par effet de ricochet

Il est possible d’espérer que la législation sur la légalisation du cannabis en France se fasse par un effet de ricochet ou par une volonté de passage en force, comme cela s’est produit avec le marché du CBD. Notre interlocuteur souligne l’importance d’une convergence entre différents aspects pour que la légalisation puisse se concrétiser.

La perspective positive du cannabis thérapeutique

Une bonne nouvelle est à souligner pour les auditeurs : même si la légalisation complète du cannabis en France n’intervient pas avant 2027, la légalisation du cannabis thérapeutique est prévue pour l’été 2024. Notre interlocuteur mentionne une interview du Dr Nicolas Autier, superviseur de l’expérimentation du cannabis thérapeutique en France, qui entre dans sa deuxième phase. Après deux années d’expérimentation et une année supplémentaire à venir, le Dr Nicolas Autier est confiant quant à la légalisation du cannabis thérapeutique. Cela signifie qu’environ 700 000 patients, souffrant de diverses pathologies, pourront avoir légalement accès au cannabis en pharmacie. Cela représente environ 700 000 patients sur 1 000 000 de consommateurs de cannabis. On pourrait dire que c’est une légalisation sur ordonnance, un premier pas significatif. C’est une ouverture, d’autant plus que le CBD avait déjà ouvert la voie avec la commercialisation de produits à base de chanvre.

du cannabis légal. Continuez à nous suivre, à lire et à écouter, car nous avons encore beaucoup à vous offrir ! Merci de votre fidélité et à très bientôt pour de nouvelles aventures passionnantes !

Le mot de la fin

« Allez voir vos médecins à partir de l’été 2024 et lisez Zeweed ». 

En conclusion, chers auditeurs, nous espérons que cet article vous a informé et divertit sur les enjeux de la légalisation du cannabis et du CBD. Mais ce n’est pas tout ! Pour aller encore plus loin dans la découverte de ces sujets passionnants, nous vous invitons à vous plonger dans la troisième édition de notre magazine, où vous trouverez des articles captivants et approfondis sur le CBD et le cannabis légal.

Et ce n’est pas tout ! Restez à l’écoute de notre prochain épisode de podcast, où nous aborderons des sujets vastes et variés gravitant autour du CBD et du cannabis légal. Vous pourrez ainsi approfondir votre compréhension de ces thématiques, tout en étant divertis par des discussions animées et des informations fascinantes.

Ne manquez pas cette opportunité de rester informé et de vous immerger dans l’univers du CBD et du cannabis légal. Continuez à nous suivre, à lire et à écouter, car nous avons encore beaucoup à vous offrir !

Merci de votre fidélité et à très bientôt pour de nouvelles aventures passionnantes !