Pascal Barkats – Campuseo : une formation pour les professionnels du CBD

ParlonsCanna

L’invité du jour est Pascal Barkats, PDG de Campuseo, un centre de formation professionnelle dédié à ceux qui souhaitent se lancer dans le business du CBD. En quelques chiffres, Campuseo c’est 80 à 100 stagiaires par mois, 2000 à 3000 demandes mensuelles et 15 collaborateurs. Dans cet interview sans filtre, Pascal va expliquer l’intérêt de la formation, comment les rejoindre et quel est l’avenir du marché du CBD en France.

Le parcours de Pascal Barkats

Dans cet épisode, Parlons Canna s’invite au salon du CBD, où les visiteurs sont en pleine effervescence. 10 000 personnes sont attendues, mais il y en aura certainement beaucoup plus. Ce genre d’événement permet de réaliser qu’il y a un véritable besoin autour du CBD. Les gens en entendent souvent parler mais ne savent pas faire la différence avec le THC. Le salon leur permet d’apprendre à mieux le connaître et comment le consommer. Cet engouement est la raison d’être de Campuseo. Retour sur le parcours de Pascal Barkats et les origines de la création de Campuseo.

Les origines

Pascal possède un background d’entrepreneur. Avant le CBD, il a travaillé dans l’industrie du tabac, puis dans la formation. Il a aussi beaucoup voyagé, notamment aux Etats-Unis et en Israël, où il a découvert le CBD. Il a été subjugué par le produit, la part de marché que représente l’industrie dans les autres pays, les différentes variétés, les recherches et les différentes manières de l’utiliser. Mais le côté sombre du CBD est que le marché n’est pas structuré. Quand il s’aperçoit que les français suscitent un véritable engouement pour le produit, il crée un module de formation. En fait, il avait déjà un centre de formation, mais plutôt spécialisé dans la bureautique, la création d’entreprise et les langues. 

Le nouveau défi est d’offrir un minimum de connaissance à ceux qui souhaitent se lancer l’industrie du CBD sur des bases solides et légales. En se rapprochant d’un organisme comme Campuseo, ces personnes peuvent savoir ce qu’elles ont le droit de faire ou pas. A la fin de la formation, elles reçoivent une attestation qui justifie de toutes les connaissances nécessaires. 

Pourquoi un centre de formation?

“L’intérêt c’est d’avoir les connaissances pour pouvoir travailler dans une boutique, sur un produit qu’on aime, qui nous passionne, et aussi avoir les connaissances pour conseiller les autres.” 

Deux types de personnes viennent se former au centre. D’un côté, il y a ceux qui cherchent du travail et qui sont vraiment nombreux, et de l’autre, ceux qui veulent monter leur affaire. 

En général, les élèves autofinancent leur formation parce que ça les intéresse vraiment. Mais en cas de promesse d’embauche ou dans le cadre d’une création d’entreprise, la formation peut être en partie financée par Pôle Emploi ou par le Pôle Formation.

Quels sont les modules de formation?

L’initiation au CBD est un module de 20 h en e-learning, où on apprend l’histoire du cannabis et du chanvre, les différentes utilisations, l’aspect légal et la commercialisation, et le SEO webmarketing. Ce dernier aspect est primordial car si on crée un site et que personne n’y va, ça ne sert à rien. Pascal donne les clés pour apprendre comment amener des clients.

Ceux qui souhaitent apprendre commencent naturellement par un module de création d’entreprise de 20h. C’est ultra important, car bien connaître le CBD ne suffit pas. Il faut aussi connaître la structure juridique, le statut de l’entreprise, le capital, comment construire un business plan, etc. Au fur et à mesure, les élèves peuvent se spécialiser avec les modules SEO et webmarketing. La formation répond donc à toutes les questions qu’un futur entrepreneur se pose. Ensuite, Pascal et son équipe peuvent intervenir auprès des franchiseurs, pour faire des rencontres ou signer des accords. De leur côté, les franchiseurs peuvent avoir une personne déjà formée à leur disposition. Ainsi, chez Campuseo, tout le monde y gagne.

Comment se déroule la formation?

Le coût de la formation varie entre 800 et 3500 euros selon le nombre d’heures et de modules de formation. À noter, le centre est basé à Nantes, mais les formations sont en e-learning et en visioconférence. Les cours commencent d’abord en e-learning, sur une plateforme en ligne, sur laquelle les élèves font des exercices. Après 2 ou 3 heures, ils basculent en visioconférence avec un formateur. Il s’agit d’une personne physique avec qui il est possible d’échanger, poser des questions et faire des exercices ensemble. C’est en quelque sorte une classe virtuelle où le formateur interagit avec des personnes dans différentes régions de la France. Le plus intéressant est que cela fait émerger des questions pertinentes. 

Comment va évoluer le marché français?

Pascal croit fermement que le marché du CBD va encore beaucoup se développer en France et en Europe. Il connaît l’engouement des personnes pour le produit et ne s’est pas trompé à ce niveau là. 

En revanche, sur la partie politique, les choses ne sont pas entre ses mains. Selon lui, s’il parvient à interagir avec la filière agricole et que les agriculteurs trouvent des revenus additionnels grâce au CBD, ça peut faire la différence. En effet, même s’ils ne sont pas très nombreux, ils ont plus d’influence sur les politiciens. 

“Le but de Campuseo est de casser l’image et de montrer au monde qu’on est capable de se structurer tout seul, de créer nos associations, nos syndicats, nos formations, nos médias, etc”. 

La France est en retard

Au cours de ces 10 dernières années, les choses ont beaucoup évolué. Par exemple, avant dans plusieurs états d’Amérique, on pouvait se faire arrêter à cause du cannabis. Mais aujourd’hui, les entrepreneurs sont reconnus, et même les entreprises pharmaceutiques et côtées en bourse se sont emparées du produit. Le Canada a légalisé en 2018, le Luxembourg est sur le point d’ouvrir son premier magasin, l’Espagne a déjà les clubs de cannabis et le Chili a légalisé depuis longtemps. Tout est en train de changer, et la France est juste en retard sur un mouvement qui est mondial. 

Selon Pascal, plus il y aura de gens formés et qui auront changé leur vision du cannabis et du CBD, plus nous irons vers la reconnaissance et la crédibilité. Il ajoute que si on se met au vert, cela peut générer des ventes. Plus les logos seront sur les produits, plus il y aura de la reconnaissance. Plus les acteurs seront formés, plus ils seront crédibles vis-à-vis des politiques et du marché.

Un virage à prendre

Malheureusement, nous sommes dans un pays très restrictif. Les agriculteurs veulent se lancer mais n’osent pas à cause des lois qui changent. Par contre, beaucoup de personnes ont déjà pris le premier virage en vendant de la fleur, du e-liquide, de la crème, de la bière et autres dérivés. Par exemple, Sephora qui vend de la crème, et Monoprix construit aussi sa ligne de produits. Mais les gens qui travaillent dans ces enseignes connaissent-ils réellement le CBD? Il est vrai qu’ils peuvent avoir suivi une formation en interne, mais ce n’est pas suffisant car il s’agit aujourd’hui d’une véritable culture. Il faut savoir en parler, savoir vendre et utiliser tous les dérivés, surtout avec le nombre incroyable de produits sur le marché. On peut dire que c’est un business ouvert à tout le monde, mais pas uniquement aux industriels ni aux commerçants. En même temps, tous ceux qui travaillent dans cette industrie doivent maîtriser la chose. Voilà justement l’intérêt de la formation.

Qui sont les cibles?

Le rôle de Campuseo est d’amener de l’information, de la formation et de l’organisation. S’il y a des auditeurs intéressés par la formation ou qui souhaitent parler d’un sujet qui les intéresse, ils peuvent aller sur le site campuseo.com, sur facebook ou sur linkedin. Pascal et son équipe sont à la recherche de professionnels qui veulent se lancer dans l’industrie et dans la commercialisation du CBD. Beaucoup d’infirmières veulent proposer le produits aux patients mais ne savent pas comment, faute de formation en aromathérapie CBD par exemple. Voilà l’axe de développement sur lequel il travaille actuellement. Nous sommes à l’aube d’une véritable révolution, et Pascal est au début de tout cela en mettant le pied à l’étrier aux personnes qui souhaitent travailler et trouver un débouché dans le CBD.  

Le mot de la fin

Certaines formations sont financées mais il faut aussi oser casser sa tirelire. Pour se lancer dans un business, il faut investir. Cet investissement en vaut la chandelle car vous aurez tous les outils pour aller droit au succès.

Venez nous voir sur le site ou appelez-nous par téléphone ou en visioconférence au 01 76 40 02 67. On peut parler du futur et voir comment on peut vous aider. 

Retrouvez toutes les interviews des acteurs du marché sur Parlons Canna.

Répondre