Django Ramseyer – CBD Alchemy: l’alchimie des molécules

Avatar
ParlonsCanna

Dans ce nouveau podcast, nous avons l’honneur d’accueillir Django Ramseyer, fondateur de CBD Alchemy. Il nous accorde cette interview exclusive en direct du salon international du CBD, dans lequel il nous raconte son parcours tumultueux, fait d’alchimie et de métamorphoses. Découvrez son passé, son présent et son futur. 

Ses débuts avec le CBD

Django Ramseyer est le fondateur et CEO de CBD Alchemy. Sa mère est française, mais il est né en Suisse, et son cœur est italien. Son parcours vient de loin. À 12 ans, il souffre de crises épileptiques à répétition tous les deux jours. Ses parents l’ont donc emmené dans un hôpital spécialisé à Zurich, où on lui prescrit des médicaments qui lui faisaient plus de mal que de bien. Ce n’était pas facile à vivre pour un gamin de son âge. À 13 ans, il s’expose au cannabis et fume son premier pétard. Adolescent, il découvre avec stupéfaction tout le bien que procure la plante, au point de ne plus pouvoir s’en passer. Sa vie scolaire et professionnelle bascule, mais la santé prime sur tout. La weed devient pour lui un refuge et un moyen de se soigner.

Plus tard, il comprend que ce n’est pas grâce au THC, mais au CBD ainsi qu’aux autres cannabinoïdes. Le soulagement de ses problèmes névrotiques provient de leur interaction. Il a une préférence pour l’herbe et le haschich, moins forts en THC, et plus forts en CBD. Malheureusement à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de choix de génétique. Plus tard, il fait des croisements pour créer ses propres génétiques.

Son parcours

En 1997, Django crée une plantation de cannabis THC avec son père en Suisse. Consommateur alternatif, ce dernier a l’esprit ouvert et lui apporte tout son soutien. Pionniers du tétrahydrocannabinol dans cet état fédéral, ils réussissent à mobiliser du monde. Pendant ce temps, une loi autorisait la production et la vente de cannabis, sauf pour un usage en tant que drogue. Ils se mettent à fabriquer toutes sortes de produits, tels que des pot-pourris et des coussins thérapeutiques. Leur activité dure presque 7 ans, jusqu’à ce que la loi change et la rende illégale.

Après cette épisode, Django passe outre. Il voyage de part le monde et crée de nouveaux business, entre autres une compagnie de chemises. 2016 marque un nouveau tournant dans l’histoire. C’est l’année où le CBD entre sur le marché. Pour lui, c’est l’occasion où jamais de monter son entreprise, et de créer des produits de bien-être et thérapeutiques sans THC pour la nouvelle génération. Bien que le cannabidiol ne soit pas reconnu comme un médicament par la communauté pharmaceutique, ses clients en demandent pour se soigner. Dans ses 4 boutiques à Barcelone, environ 40 à 50% des personnes qui viennent l’utilisent pour le bien-être, les problèmes d’insomnie, de schizophrénie, nerfs, etc. 

Alchimie et génétique

La prochaine étape de son business est la création d’une plantation de 10 000 plants de cannabis au nord de Milan en 2016. Cette fois, Django se lance seul, car celle qu’il avait montée en Suisse était plus une entreprise familiale. Il sélectionne des graines dans le catalogue européen et les cultive, mais les variétés ne sont pas vraiment bonnes. Pour rebondir, il choisit les cinquante meilleurs phénotypes, fait ses propres croisements génétiques, crée des clones et recommence. L’année suivante, il passe de 10 000 à 20 000 plants. Même si ce n’est pas vraiment autorisé, Django se dit que tant que les génétiques sont sélectionnés dans le catalogue européen et qu’il reste dans le taux légal (0,6% en Italie et 1% en Suisse), il ne fait rien de mal.

Lancement de CBD Alchemy

Une fois CDB Alchemy mis sur orbite, l’entreprise fait de la production et de la vente en gros pour les magasins et les revendeurs, jusqu’en France. Certes, ce n’était pas autorisé, mais de toute façon, les gens ne savaient pas si c’était légal ou pas à l’époque. De 0,2% à 0,6%, ils ne voyaient pas de grande différence. Par contre, aujourd’hui, les choses sont plus claires. Le taux de THC étant fixé à 0,3%, les boutiques peuvent vendre en toute légalité.

Parallèlement à la production de cannabis, Django Ramseyer crée un laboratoire de lavage pour faire baisser le taux de THC de 0,5 à 0,3%, et avoir des fleurs conformes à la loi. Par la suite, son entreprise commence à développer des huiles, des tisanes, etc.

Un nouveau système de nettoyage de l’herbe

On entend beaucoup de choses négatives sur le processus de lavage. Par exemple, lorsqu’on lave une tête, on perd en terpènes. Django décide donc d’inventer son propre système pour en conserver le maximum avec les flavonoïdes. Cela consiste à tremper les fleurs dans des solvants. En revanche, cette méthode réduit de moitié les cannabinoïdes, y compris le THC et le CBD. Pour lui, il s’agit d’un problème de loi.

“C’est la loi qui devrait se mettre à jour aux plantes, et non les plantes qui se mettent à jour aux lois. La loi devrait se conformer à la nature”.

La bonne nouvelle c’est qu’après analyse, les résidus de fleur qu’il produit sont dans des taux et des paramètres alimentaires, c’est-à-dire qu’ils conviennent à l’alimentation.

CBD Alchemy en quelques chiffres

Le laboratoire de lavage est avant tout utilisé pour la société, mais d’autres producteurs viennent également analyser leurs produits. Il a permis à Django de développer son business, car il passe de 5 à 80 kg de têtes de cannabis par jour dans le lavage. C’est aussi grâce à un monitoring régulier de chaque parcelle et de la qualité. Alors qu’il a commencé tout seul, CBD Alchemy compte aujourd’hui 50 ha de terres cultivées, 5 sites de production en Espagne, en Italie, en Allemagne et en Suisse, 15 génétiques différents, 50 employés, 7 hangars, 4 boutiques à Barcelone et une à Berlin. Dans son business, il n’y a eu aucun investissement extérieur. Il a dû réinvestir tous ses bénéfices et ça lui a pris beaucoup de temps pour tout implémenter. Le next step est de s’installer en Autriche, et de vendre sa marque au Portugal. Django aimerait aussi beaucoup installer sa boîte en France, mais ça reste à voir. 

Il fut un temps où la marque a été certifiée biologique, mais il a préféré passé l’éponge et s’est tourné vers EIHA Novel Food Consortium pour produire de l’huile CBD 100% alimentaire. Il est vrai que tout le monde consomme déjà de l’huile CBD à l’heure actuelle.  Cependant, il s’agit d’une huile technique, et on ne peut pas vraiment dire si elle est à manger, ni la publiciser. Au prochain semestre, nous devrions pouvoir goûter à cette huile purement alimentaire.

Le secret du succès

Bâtir tout un écosystème dans plusieurs pays tout en restant sur une base légale et tendancieuse n’est pas facile, surtout avec les lois qui évoluent. De nombreuses fois, Django a eu peur d’investir car la situation du CBD reste floue. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’a jamais sollicité d’investissement. S’il avait pu le faire, il est convaincu que son business serait déjà plus en avant. Malheureusement, nous sommes dans un secteur où on est livrés à nous-mêmes. 

“Si on m’arrête, qu’on me scelle l’entreprise, on me tue avec mes 50 employés. Je crois en ce business, c’est ma passion, et cette plante m’a sauvé la vie. Sinon, je serai resté épileptique, sans pouvoir conduire, sortir en boîte, aller nager, etc. J’ai décidé de vivre et de prendre le risque pour les prochaines générations, faire le saut que personne n’a voulu faire.” 

Comment sera le marché de demain?

Les grandes multinationales pharmaceutiques, essaient de leur mettre des bâtons dans les roues. Ils font en sorte que les huiles à 10% soient exclusivement pharmaceutiques. Pour Django la bataille juridique est déclarée. Son arme de guerre est l’EIHA. Pouvoir vendre l’huile alimentaire à 10% serait un grand pas en avant. Avec d’autres personnes engagées comme lui dans ce combat, ils ont investi 4 millions d’euros pour prouver que le THC à 0,2% est inoffensif. Ils se battent aussi contre les grosses entreprises qui veulent vendre cher l’huile de CBD. Ils veulent la rendre populaire et accessible à tous..

“On est beaucoup, on est fort, on n’est plus des échappés. On a une grande puissance, je pense que plein de gens ont changé d’opinion sur le cannabis. Je suis confiant pour la suite”.

De l’intérêt de légaliser le CBD

Django ajoute qu’ils se battent aussi pour que le mérite leur revienne, car ils ont fait tout le travail et ont fait face à la justice. Par ailleurs, il pense que le gouvernement est en partie responsable, car s’il avait voulu les arrêter, il les aurait attaqués au lieu de laisser courir la situation. C’est comme en Suisse où le gouvernement savait depuis les années 90 que le cannabis allait être légalisé. Plutôt que de financer le crime organisé, pourquoi ne pas envoyer les sous dans les bonnes caisses en prenant des taxes?

Le CBD est sur la voie de l’acceptation. Les boutiques et revendeurs ont compris la chose, et sont de plus en plus nombreux à se lancer. Le problème, c’est la guerre des prix. D’après Django, il serait bien d’encadrer le marché et d’en définir les contours, pour que chercheurs et producteurs puissent gagner le respect et la reconnaissance qu’ils méritent. 

“Si c’est légal, ce serait plus facile de standardiser. C’est un peu folklorique, on a besoin d’ordre dans notre communauté.” 

Le futur de CBD Alchemy

CBD Alchemy est un grand producteur qui s’adresse aux distributeurs et aux magasins. Django essaie d’implémenter sa marque avec la vision d’Alchemy, qui est la transformation. Alchemy est synonyme de fusion de deux molécules en une meilleure. C’est aussi l’alchimie des gens. Ayant beaucoup voyagé d’Amérique du Sud en Asie, il a construit une team alchemy composée de personnes originaires de plus de 10 pays différents. Enfin, l’alchimie, c’est la recherche constante de nouvelles molécules.

Dans le futur, Django envisage de faire des recherches sur les cannabinoïdes pour donner une meilleure qualité aux clients. Son projet, c’est aussi d’investir dans la R&D. Selon lui, ce n’est pas toujours facile de comprendre les nouvelles choses, mais il pense que c’est là que se trouve l’avenir. Il y a 140 cannabinoïdes dans le cannabis, et on n’en connaît même pas 10. Il y a encore beaucoup de recherches, et du chemin à faire.

C’est sur ces mots que Django conclut son interview, dans lequel il nous a livré son parcours inspirant. 

Retrouvez d’autres interviews des personnalités du marché du CBD sur Parlons Canna.