Lazreg Bentabet et Hocine – Instagreen :  mettre l’humain en valeur

ParlonsCanna

Aujourd’hui, nous sommes à domicile au salon du CBD sur Marseille, et nous avons l’honneur d’accueillir Lazreg Bentabet et Hocine, associés chez Instagreen, grossiste CBD. Dans ce podcast, ils vont nous raconter leur histoire, nous parler de leur projet de franchise et du futur. Comment voient-ils évoluer le marché de demain? Découvrez-le tout de suite dans ce podcast.

Qui vous êtes, votre histoire?

Lazreg et Hocine sont cofondateurs d’Instagreen. Ils se sont lancés dans cette aventure entre quatre amis et associés qui se connaissent depuis 30 ans. La société est spécialisée dans l’emballage depuis une quinzaine d’années. Ils produisent tout ce qui a trait au marketing et au branding, entre autres les étiquettes, les pochons, les pots en verre ou en plastique, etc. Elle est aussi le représentant exclusif de la grosse marque américaine Kush Blunt en Europe et en Afrique. En gros, tous les grossistes et détaillants doivent passer par elle pour avoir les produits. La spécificité de Instagreen, ce sont les exclusivités sans contrat. Que ce soit avec les partenaires, les clients ou les fournisseurs, il suffit de se serrer la main et de se faire confiance.

Business sur l’honneur à l’ancienne

Au départ, les clients ne venaient que pour les emballages. Puis avec le boom du CBD, ils ont commencé à demander d’autres produits. Lazreg, Hocine et leurs associés prennent conscience qu’ils sont au début de la chaîne, et qu’ils ont tout ce qu’il faut pour produire. Grâce à leur réseau, ils trouvent facilement des fournisseurs. Après avoir entamé les négociations, ils se lancent dans le business à l’ancienne, sans signer aucun contrat.  

“On essaie de faire confiance aux gens, de travailler dans la détente, de ne pas stresser, sans peur de se faire arnaquer”.

Pour monter l’affaire, Lazreg et Hocine repartent avec les mêmes associés qui travaillaient dans l’emballage. Ils étudient le marché et se concentrent sur une offre au  meilleur rapport qualité prix. Leur philosophie est de s’ouvrir à toutes les personnes du quartier. 

Lazreg: 

“Nous ne sommes pas nés avec une cuillère en argent dans la bouche, on a bossé dur, et on veut donner leur chance aux jeunes qui n’arrivent pas à trouver du travail. En retour, on ne demande que de la motivation, du respect et du sérieux. C’est un contrat direct, on embauche sans CV”. 

Hocine: 

“On veut les tirer vers le business, leur montrer ce qu’est le travail au lieu de rester à traîner dans le quartier… c’est une réinsertion. On peut tomber sur des jeunes du quartier, qui ont du potentiel sans même le savoir. En travaillant, ils font ressortir leurs compétences et les mettent en valeur dans une entreprise comme Instagreen.”

Aujourd’hui, Instagreen compte une vingtaine d’employés. Pour l’instant, la maison ne recrute pas, mais peut être dans un futur proche quand le business aura grandi. 

La gamme? La cible?

La gamme Instagreen comprend des fleurs, des huiles, ainsi que d’autres dérivés du CBD. Elle s’adresse à tous les professionnels de la filière ainsi qu’aux particuliers. Au temps du covid, la marque a travaillé avec une biscuiterie dans le Bouche du Rhônes. Cette dernière, qui n’avait jamais travaillé dans le CBD auparavant, a réussi à se remettre sur les rails en fabriquant du chocolat et des macarons. Instagreen les a aussi mis en avant sur ses réseaux sociaux, sans avoir peur que d’autres gens du business viennent travailler avec la biscuiterie.

La franchise Djeeweed 

Le CBD est dans le flou légal, et les gens n’osent pas investir dans une boutique à plusieurs dizaines de milliers d’euros en n’étant pas sûr d’avoir un retour sur investissement. Pour les aider, Instagreen leur propose d’investir le minimum dans une franchise, avec 0 droit d’entrée, 0 royalty et sans leur imposer du mobilier. 

Lazreg nous sort une petite anecdote: 

“En décembre 2021, après la sortie de l’arrêté sur l’interdiction de la vente des fleurs, j’ai eu des clients au téléphone qui pleuraient, qui ne savaient pas quoi faire car ils avaient investi tout leur argent. Je me suis dit que je ne pouvais pas faire ça, donc je décide de ne rien leur imposer. Dès fois, quand ils ont un produit qui ne marche pas, on le récupère et on leur propose un produit qui se vend mieux. C’est ce genre de partenariat qui met en valeur l’humain”.

Grâce à la franchise Djeeweed, les gens peuvent se lancer avec le minimum de risque. Ils ont toute la gamme Instagreen et l’obligation de vendre une offre de la marque en exclusivité. 

Instagreen au futur

Le CBD est un produit naturel qui fait du bien aux gens. 

“On veut que ce soit légal, et on veut que tout le monde travaille. La France est grande, il y en a pour tout le monde, il faut exploiter ce nouveau marché, que tout le monde puisse gagner de l’argent”. 

Pour la suite, Instagreen va essayer de se développer avec la franchise. L’objectif à atteindre est un maximum de boutiques et de gens qui travaillent. La marque prépare aussi un énorme projet, avec un produit qui sera distribué à l’international. C’est un produit unique au monde, dont la promotion se fera à domicile avec de grosses têtes. Il y aura des rappeurs, des sportifs et des influenceurs…

L’avenir du marché du CBD

Lazreg est optimiste pour l’avenir du CBD en France car selon lui, c’est un produit naturel, sans médicament ni contre-indications. La seule chose qu’il souhaite est que ce soit légalisé pour qu’ils puissent travailler tranquillement . En 6 mois, plus de 2000 boutiques et des milliers d’emplois se sont créés. Aujourd’hui, c’est toute une filière. Pourtant, la loi leur interdit de travailler avec les agriculteurs. Ils veulent aussi pouvoir interagir avec eux et favoriser la production locale.

L’Europe valide le CBD, l’Allemagne va aussi bientôt légaliser. On espère tous que la France  suivra l’exemple. Pour mettre un coup de pied dans la fourmilière, Lazreg parle de changer de politique. Peut-être qu’après les élections, les nouveaux dirigeants seront-ils un peu plus cool à ce niveau là. 

Dans tous les cas,  la famille Instagreen est là, prête à tout :

“On va lutter jusqu’à la mort. On compte ouvrir plein de boutiques. Si on en ouvre 10.000, ce sera dur d’interdire le CBD. Ensemble on est plus fort”. 

Le mot de la fin

Lazreg termine ce podcast sur ces mots:

“Vive la liberté, qu’on nous laisse tranquille, qu’on laisse travailler les gens et tout le monde sera heureux”.

Les produits de la marque Instagreen sont vendus dans les magasins, chez les distributeurs, les indépendants. Tout ceux qui souhaitent avoir des produits faits avec amour et passion peuvent aller sur :

Retrouvez-nous sur Parlons Canna pour d’autres podcast avec les acteurs incontournables de la filière CBD en France et en Europe.

Répondre